L'existence de transmission du COVID-19 des animaux domestiques à l'Homme est écartée à ce jour.

(dernière modification : 2020/03/27)

 

 

COVID-19 et animaux domestiques

Pas de risque particulier venant des animaux et de l'alimentation, selon l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail).

L'éventualité d'un rôle des animaux domestiques dans la transmission du COVID-19 à l'Homme est plutôt écartée à ce jour. La société Idexx aurait développé un « test vétérinaire » pour dépister le portage chez les chiens et les chats. Les analyses réalisées pour le valider sont rassurantes : des milliers d'échantillons testés n'auraient révélé « aucun positif ».

Idexx aurait utilisé des échantillons transmis à son réseau de laboratoires de référence (80 laboratoires d'analyses répartis dans le monde, dont l'Asie, l'Europe, les États-Unis). La recherche du virus COVID-19 se serait révélée négative pour chacun. Ces résultats sont « en ligne avec les connaissances actuelles selon lesquelles le virus se transmet principalement de personne à personne ». Les animaux domestiques, le chien au moins, sembleraient pouvoir être infectés, sans développer de signes cliniques. Le chien de Hong Kong qui avait suscité la crainte d'un rôle actif dans la transmission du virus aurait été contaminé par ses propriétaires et non l'inverse.

Le 19 mars, à Hong Kong un second chien aurait été testé positif pour le coronavirus du covid-19. La propriétaire du chien aurait été hospitalisée pour covid 19 et ses deux animaux (un chien croisé et un berger allemand) seraient arrivés aux services de la quarantaine officielle. Les animaux en bonne santé apparente auraient fait l'objet de prélèvements. Les résultats seraient revenus positifs pour le berger allemand (sans préciser s'il s'agit de faiblement positif ou pas) et négatif pour le croisé.

Si les connaissances évoluaient et « si les autorités de santé déclaraient qu'il est pertinent de dépister le virus chez les animaux de compagnie », Idexx « serait prêt à rendre disponible son test SARS-CoV-2 (COVID-19) RealPCR™ ».

 

 

COVID-19 et établissements vétérinaires

Les vétérinaires français apportent un soutien total aux mesures de confinement décrétées par le gouvernement. RESTEZ CHEZ VOUS !

Communiqué du Conseil national de l'Ordre aux vétérinaires - 20 mars 2020

"Le respect des gestes barrières, la diminution des contacts entre individus, la préservation des personnes fragiles doivent motiver chacun de nos actes professionnels quotidiens dans les semaines à venir. Il s'agit d'éviter d'engorger et de saturer les capacités d'accueil des hôpitaux. L'effort se doit d'être collectif pour être suivi d'effets."

"L'Ordre des vétérinaires demande aux vétérinaires, qui ne l'ont pas encore fait, de suspendre le libre accès à leurs établissements de soins vétérinaires"

"En période de confinement, la vaccination, de même que les actes de médecine préventive, ne relève pas d'une situation d'urgence vitale pour l'animal. La vaccination des animaux domestiques doit donc être reportée pendant toute la période de confinement. Concernant les interventions de convenance, il en est de même."

Attestation de déplacement dérogatoire

Un décret du 16 mars interdit jusqu'au 31 mars 2020 les déplacements de toute personne sauf dérogation justifiée (attestation). Les infractions peuvent être sanctionnées par une amende forfaitaire.

L'attestation classique est à utiliser au « cas par cas » pour se rendre dans une clinique vétérinaire en cochant selon les cas :

  • la case « achats de première nécessité » pour l'achat d'aliments, de médicaments…
  • la case « déplacements pour un motif de santé » pour amener un animal malade en consultation

Pour éviter les attentes dans un lieu confiné, il est recommandé de n'autoriser l'entrée qu'à un seul client à la fois dans le hall d'accueil, et donc seulement sur rendez-vous, même pour les urgences.